mai 9, 2014

Bayer va racheter l’activité de santé grand public de Merck

C’est un important pavé qui est tombé ce mardi 6 mai dans la mare du monde de la pharmacie. Pas moins de 14,2 milliards de dollars, c’est ce que le groupe pharmaceutique allemande Bayer est prêt à débourser pour acquérir son concurrent direct américain Merck.

Pourquoi ce rachat ?

Pour la simple et bonne raison que cela permettra à l’entreprise allemande Bayer d’avoir la main mise sur l’entièreté de la vente de médicaments sous ordonnance aux États-Unis mais pas seulement. L’entreprise allemande s’assure le marché sur tout le continent américain : du sud au nord. Un leadership incontestable dans le monde pharmaceutique. Par cette acquisition, Bayer récupère plusieurs marques importantes de Merck dont les traitements pédicures de Dr Scholl’s, les traitements antihistaminiques Calritin ou encore les crèmes solaires Coppertone. Les entreprises Bayer et Merck ont aussi indiqué avoir signer un accord de coopération concernant le traitement des maladies cardio-vasculaires. Le groupe allemand recevra donc de son compatriote américain un premier versement d’un milliard de dollars sans doute suivi d’un deuxième versement presque identique.

Un contexte de fusions-acquisitions dans le monde pharmaceutique

Bayer n’est pas la seule entreprise à vouloir grandir encore. Le 5 mai, l’entreprise numéro un mondial Pfizer a fait part à la presse de sa volonté de racheter le groupe britannique AstraZeneca pour un montant avoisinant les 106 milliards de dollars. C’est donc tout naturellement que Bayer suit la tendance. Mi-janvier, Merck commençait déjà à parler de solutions stratégiques et si au début, Reckitt Benckiser, producteur britannique de médicaments et de produits d’entretien, était sur la liste des acheteurs potentiels, il a finalement laissé sa place au groupe allemand Bayer.

Si l’accord n’a pas encore été validé par les autorités compétentes en la matière, cela ne saurait tarder. Le rachat officiel de Merck par Bayer devrait être validé dans le courant du deuxième semestre 2014.  Image: ©I-vista  / pixelio.de