mars 14, 2014

L’excédent commercial allemand se tasse un peu en janvier

L’excédent commercial de la première économie européenne a légèrement diminué en janvier 2014, soit 17,2 milliards d’euros contre 18,3 milliards en décembre. La croissance des exportations et des importations de l’Allemagne a déjoué les prévisions des économistes. Cet entassement ne remet pas en cause une croissance soutenue.

Allemagne, gros plan sur le léger tassement de l’excédent commercial

Les données corrigées publiées par l’Office fédéral des statistiques Destatis font état d’une hausse exceptionnelle des importations, + 4,1% en janvier contre une prévision de 2%, pour atteindre les 77,3 milliards d’euros. L’Allemagne a vu en même temps la croissance de ses exportations plus importante que les 1,4% prévus par les économistes, mais limitée à 2%. La demande extérieure a rapporté 94 milliards d’euros sur le premier mois de l’année, confirmant une croissance économique attendue au premier trimestre à hauteur de 0,75% soutenue par le secteur de la construction.

L’économie allemande tire l’Europe vers le haut

L’augmentation des importations allemandes profite aux pays européens, soit +4% dans la zone euro et +2% en dehors. Cette préférence pour les échanges intracontinentaux est au détriment des autres pays du monde, soit -1,9%. La hausse des exportations allemandes est un signe de la relance économique en Europe, avec une progression annuelle de 3,2% dans la zone euro et +9,1% en dehors.

En 2013, le pays d’Angela Merkel, qui se défend de faire de la politique industrielle pour doper la compétitivité, a connu un excédent commercial record, atteignant 199 milliards d’euros, et cela malgré la baisse des exportations. Berlin veut se montrer comme un bon élève aux yeux de la Commission européenne en favorisant la demande intérieure et en contenant son excédent commercial. Image: ©Thorben Wengert  / pixelio.de